Pour la TITE histoire – Le petit malade par Aude Colmant

Le confinement s’éternise… Mais la Tite Compagnie a trouvé un moyen de garder le lien avec vous : pendant cette période exceptionnelle, afin de faire une parenthèse dans votre journée, les comédiens et formateurs de la Tite Compagnie (Aude, Lucine, Koro, Rémi et Stéphane) vous proposent des petites histoires à écouter avec vos enfants.
Retrouvez une nouvelle histoire chaque jour à partir de 18h !

Aujourd’hui, Aude Colmant vous propose la lecture de la pièce Le petit malade de Georges Courteline.

Le petit Malade, une pièce en un acte écrite par Georges Courteline parue en 1905 dans Coco, Coco et Toto, raconte l’histoire d’une femme qui fait appel à un médecin car son petit garçon ne tient pas sur ses jambes et ne fait que de tomber. Mais quelle étrange maladie empêche cet enfant de marcher ?

Aude Colmant est auteure, coach et formatrice. Elle anime des stages et collabore avec La Tite Compagnie depuis 2017.

La TITE histoire de Georges Courteline :

Georges Courteline, de son vrai nom Georges Victor Marcel Moinaux, était un romancier et dramaturge français, né à Tours en 1858. Il est le fils de Jules Moinaux (écrivain, journaliste, chroniqueur, etc.) qui lui déconseille d’embrasser la carrière littéraire.

Après des débuts difficiles, où il écrit pour divers journaux, il se fait remarquer par Flammarion en 1886. Il peut ainsi donner libre court à sa verve satirique et s’amuse à traquer l’idiotie.

Georges Courteline se définit lui-même comme un observateur avisé de la vie quotidienne. S’inspirant de ses expériences dans le régiment de Bar-le-Duc, ses 14 ans en tant qu’employé de l’administration des Cultes, d’habitué des cafés parisiens ou de promeneur solitaire, il écrit de nombreuses oeuvres – pièces d’un acte, contes, romans, etc. – où se moque de la société de son temps en s’efforçant de retranscrire les petites comédies humains qui l’entourent. Par exemple, il s’amuse à tourner en dérision l’armée (Les Gaîtés de l’Escadron-1886, Lidoire-1891), s’attaque aux employés de bureau et aux bureaucrates (Messieurs les Ronds-de-Cuir-1893), prend pour cible la petite bourgeoisie (Boubouroche-1893), vise le milieu de la justice (Un Client Sérieux-1896 et Les Balances-1901) ou encore, s’amuse à montrer les ridicules du couple (La Peur des coups-1894, La paix chez soi-1903, etc.).

La plume de Courteline, à la simplicité et à la pureté des grands classiques, lui vaut une reconnaissance rapide. André Antoine (comédien, metteur en scène, directeur de théâtre, etc.) lui demande d’écrire pour son Théâtre-Libre et Boubouroche (1893) entre au répertoire de la Comédie-Française en 1910.
Auteur apprécié, il est décoré de la Légion d’honneur en 1899 et reçoit le prix de l’Académie française et est élu à l’Académie Goncourt en 1926.

Il cesse d’écrire en 1912 et se consacre à l’édition de ses oeuvres, et meurt en 1929.

Rendez-vous demain, dès 18h, pour la prochaine histoire ! Et n’hésitez pas à vous abonner pour être sûr de ne rien rater.

Article précédent
Pour la TITE histoire – Reste au chaud par Stéphane Titeca
Article suivant
Pour la TITE histoire – L’eau de la terre par Lucine Thomas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu